Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Wings.of.hope
  • Le blog de Wings.of.hope
  • : Venez et apprenez l'histoire de mon peuple : les Wings, ainsi que la mienne.
  • Contact

Profil

  • Wings.of.hope
  • Le blog de Wings.of.hope
  • 12/10/1919
  • Paris

Catégories

16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 12:00
Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 09:45

Dans ce que l'on peut appeler le quartier général des Wings, ceux-ci se reposent. 
En fait, ce sont surtout ceux qui ont combattu les Decays et qui sont revenus blessés qui se reposent (donc tous ceux qui y étaient sauf Wings.of.curiosity).
Ils sont revenus depuis quelques heures.
La plupart d'entre eux sont en partie guéris grâce à la Source dont la seule proximité guérit lentement, mais également par un de ses pouvoirs qui guérit plus activement. Evidemment la guérison de certaines blessures graves peut prendre de nombreuses heures.
C'est le cas pour la jolie Bitterness qui avait eu une fracture ouverte du tibia, ainsi que de Wings.of.abnegation dont de nombreuses côtes avaient été brisées. 
Il leur faudra encore quelques heures.
Wings.of.hope avait eu plusieurs os de la face brisés, du à la manchette de Terror. Mais dans les faits, il est déja guéri. Sa guérison est plus rapide que pour les autres pour la simple et bonne raison qu'il n'est pas allongé dans un lit comme ses congénères, mais dans les bras de la Source.
Oui. Dans les bras de la Source.
Cette proximité accélère davantage la guérison.
Cette proximité est nécessaire car contrairement aux autres, lui n'était pas seulement blessé. Il avait perdu sa conscience. Il était devenu un animal.
Il fallait un contact physique prolongé avec la source ainsi que son amour et une grande quantité d'énergie pour l'aider.
Mais elle s'y prend très bien et Hope, en plus d'être guéri, a presque récupéré sa conscience.
En étant dans les bras de la Source, il ne pouvait pas rêver être dans un endroit plus douillet.
En fait, il se sent...
Il se...
Je...
Je me sens bien... Simplement bien.
J'ai l'impression de me reposer sur des flocons de nuages et je ressens une émotion intense.
C'est exceptionnel.
J'ai l'impression d'avoir longtemps dormi, d'avoir beaucoup rêvé également.
Je me sens un peu byzarre, comme si une partie de ma vie avait disparu... sans rien y pouvoir
J'ai aussi comme l'impression de renaître.
Si je suis dans les bras de la Source, c'est qu'il a du m'arriver quelque chose de très grave, ce qui expliquerait tous ça.
J'aimerais rester dans ses bras éternellement, comme tous ceux à qui c'est arrivé, tant le bien-être est immense. Pas de souffrance, pas d'angoisse, et je me sens empli de son amour. Je suis plein d'amour envers les humains, encore plus qu'avant.
 
Je les aiderai de mon mieux.
Je vous aiderai de mon mieux.



Fin (pour le moment)

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 22:45

 

Wings.of.hope, encadré des deux Decays, dont l'un avait maintenant franchement peur après ce que le Wings venait d'infliger à Carole, marchait, descendant ce couloir sombre. Se rapprochant de l'inéluctable.
Il y avait une odeur forte ; musquée. Pas une mauvaise odeur, mais vraiment très forte, pesante ; un peu comme l'opium.
Ils arrivèrent finalement au bout du couloir souterrain, et se postèrent devant une énorme double-porte. Chacune était haute de cinq mètres, large de deux, et très épaisse.
Elles ne semblaient pouvoir être ouvertes que par un géant.
Paradoxalement, personne ne la toucha, et elle s'ouvrit sans le moindre grincement.
Une salle immense apparut.
Mesurant trente mètres sur vingt, elle était très fortement éclairée par de nombreuses torches et par trois immenses lustres qui pendaient du très haut plafond.
Il y avait deux séries de belles et hautes colonnes ainsi que quelques statues de combattants ailés.
Au centre, se trouvait une sorte de grand chaudron d'où émergeait un gros feu.
Près de celui-ci se trouvait une sorte de vapeur sombre, de fumée noire qui ne provenait pas du feu. Elle avait une forme vaguement sphérique, pour un diamètre de deux mètres cinquante. On ne voyait rien de ce qu'il pouvait y avoir à l'interieur.
Y avait-il quelque chose à l'interieur ?
En tout cas, c'était le Maître.
"Approchez-vous, cher Hope", dit-il ; phrase purement réthorique vu que Wings, n'étant plus qu'un pantin, ne répondra ni ne s'approchera que par la volonté du Maître.
Les deux Decays qui avaient escorté Hope jusque là, s'éloignèrent, se postant près d'un mur où se trouvaient trois autres Decays.
- Il a tué Decays.of.hope en moins de cinq secondes, chuchota celui qui avait peur de Wings aux trois autres.
Ses interlocuteurs écarquillèrent les yeux.
"Silence !"
Ils se turent tous immédiatement.
Par la volonté du seigneur des Decays, Hope rejoignit le Maître au centre de la pièce. La forme de celui-ci n'était plus vraiment sphérique, mais vaguement humanoïde.
"Agenouille-toi !"
Wings s'agenouilla.
Le maître lui tendit ce qui semblait être des graines noires.
"Mange !"
Il s'éxécuta et se releva.
Puis l'autre tendit une pleine poignée de ces graines qu'il jeta au feu. Leur combustion dégagea de la fumée noire qui s'éleva un peu. Mais au lieu de continuer à s'élever elle s'approcha de Hope et forma au dessus de sa tête une auréole noire.
Le seigneur tendit une main en direction d'un Decays qui lui apporta respectueusement une dague de crystal.
Il s'en saisit et se rapprocha davantage de Wings. Ce dernier tendit une main au dessus du feu, paume vers le haut. Le maître utilisa sa lame de crystal pour couper légèrement la veine principale du poignet, juste assez pour qu'un peu de sang coule.
Il attendit, et lorsqu'il vit plusieurs gouttes plonger dans le feu, il fut satisfait.
"C'est bien. Deux étapes sont terminées. Il n'en manque plus qu'une, même si c'est la plus longue."
Contre toute attente, et alors que personne n'aurait put s'y attendre, quelqu'un toqua à la grande porte à double battants.
Tous les regards y convergèrent.
Qui cela pouvait-il bien être ? 
Tous les Decays présents en ces lieux étaient ici, dans cette pièce, excepté deux costauds qui faisaient office de gardes, là-haut. Ceux-ci savaient très bien qu'il ne fallait pas déranger le Maître en ce moment... sauf si il y avait une urgence...
"Restez tous sur vos gardes"
Le maître fit s'ouvrir un des battant et la vision la plus improbable apparut : une fillette.
Elle devait avoir dix ans. Elle était blonde avec de longs cheveux soyeux, et portait une robe blanche qui descendait un peu en dessous des genoux.
Tous écarquillèrent les yeux et se posèrent de nombreuses questions, surtout le maître.
La fillette fit  trois pas en avant, s'arrêta et lança une grosse pierre en direction du maître. Celle-ci ne l'atteignit pas. Puis la blonde se sauva.
D'un signe de tête du maître, deux Decays se lancèrent à sa poursuite.
Ils passèrent la porte mais ne la virent plus. Les torches étaient éteintes et la visibilité, presque nulle. D'un coup un collosse plongea sur le premier Decays et lui porta un cou de genoux fulgurant sur sa face qui lui explosa le nez, les dents et les os maxillaires en une rivière de sang. Il s'étala net.
Dans le même temps, wings.of.abnegation et Wings.of.hate s'occupaient du deuxième Decays, et venaient de le tuer. A deux contre un, ça ne parait pas très loyal, mais il s'agit ici d'être efficace et de sauver Hope.
Le collosse (Wings.of.terror, qui faisait trois mètre de muscles), suivit de tous ses compatriotes présents, entrèrent en courant dans la salle du rituel. La puissante Wings.of.curiosity, le rusé Abnegation, le vif Hate et la jolie et vive Bitterness s'attaquèrent aux trois Decays présents, tandis que Terror s'en prit au Maître. Un Decays se plaça devant son seigneur (comme si il avait besoin d'être protégé...) et reçu de la part du collosse, un coup de poing qui l'envoya valdinguer plusieurs mètres plus loin. Terror s'apprêtait à l'achever losqu'il reçut un coup incroyable de la part du Maître, qui l'envoya valser cinq mètres plus loin. Une plaie béante saignait de son épaule. Ce n'est pas ce qui allait l'arrêter, mais peut-être serait-il moins efficace.
Il se releva.
Curiosity porta le coup que Terror n'avait pas put porter et brisa les cervicales du Decays à terre.
Il repartit ensuite aider ses trois compagnons à qui il restait deux ennemis, sans compter le Maître.
La belle Wings.of.bitterness venait de se faire blesser et souffrait horriblement d'une fracture ouverte du tibia.
Le Decays qui l'avait mis dans cet état, s'apprêtait à l'achever lorsqu'il reçut un violent coup d'épaule de Curiosity qui le fit tomber à terre. Il se releva derechef et la combattit.
Dans le même temps, Abnégation et Hate, le rusé et le vif, formaient un excellent tandem, et venaient de tuer l'autre Decays.
Il ne restait donc plus qu'un Decays et le Maître.
Le rusé se mit à crier en courant droit vers le seigneur qui lui fit face ; une ruse qui permit à Wings.of.terror de prendre de l'élan et de lui mettre et surpuissant coup de pied sauté qui le fit s'étaler quelques metres plus loin.
Mais le maître se releva comme s'il ne s'était rien passé, à la stupeur des Wings.
"Viens près de moi" dit-il au dernier Decays.
Non pas qu'il avait de la compassion, mais les Decays étaient son armé, et surtout devaient accomplir leur mission propre.
Hate poursuivit celui qui voulait se réfugier près de son seigneur, mais c'est ce dernier qui l'accueillit d'un coup de point qui l'assomma net, le faisant abondamment saigner de l'arcade sourcillière.
Wings.of.hope, controlé par le Maître, se dirigea droit vers Terror qui ne sut trop comment réagir. Hope envoya son poing droit sur la plaie béante du colosse qui hurla de douleur.
La plaie s'était ouverte davantage.
Abnegation plaqua Hope au sol.
- Arrête ! Reveille-toi !
Hate utilisa toute sa vivacité pour frapper le seigneur tout en prenant de la distance. Il y arrivait bien, mais cela ne faisait pas beaucoup d'effet.
- Il faut assomer Hope, dit Terror, même s'il faut le blesser pour cela.
Abnegation lui mit quelques droites, mais le Maître l'éjecta d'un coup de pied qui lui brisa de nombreuses côtes.
Bitterness, Hate et abnegation n'étaient plus du tout en état de se battre. Il ne restait que Terror, qui souffrait terriblement de sa grosse plaie à l'épaule, et Curiosity, qui était indemne.
Wings.of.hope plongea deux doigts entiers dans la plaie du collosse qui hurla. Curiosity l'enserra par derrière, et Terror en profita pour mettre à Hope une terrible manchette qui l'assomma en un déluge de sang.
D'un coup de poing, le maître déboîta l'épaule du Colosse qui ne pouvait plus faire grand chose, à part souffrir.
Curiosity mit au seigneur un coup de pied sauté qui le fit tomber à terre. Mais il se releva instantanément pour lui porter le même coup, mais qu'elle esquiva. Elle lui mit un puissant coup de pied dans le genoux, ce qui le déstabilisa et le fit tomber. Mais une fois encore, il se releva. 
Ne pouvait-on rien faire contre lui ?
Elle esquiva un autre de ses coups, mais combien de temps encore pourrait-elle tenir ? Il avait l'air invincible.
Elle esquivait et esquivait encore. Elle lui mettait quelques coups de temps en temps, insignifiants pour lui.
Elle se fatiguait. Elle perdait espoir ; et ce n'était pas Hope qui allait lui en donner. Tous ses compagnons étaient à terre, et tout semblait fini.
Alors qu'il ne semblait plus y avoir d'espoir, une lumière blanche apparut près de la porte, très vive. Elle illuminait tout.
Elle se déplaçait, s'approchait du centre de la pièce.
Contre toute attente, la Source était venue, irradiante.
Elle, tout comme le Maître, ne prenait quasiment jamais part au combat, car son importance était extrême. Elle ne devait jamais mourir sous peine de...
On ne pouvait voir ce qu'il y avait au centre de cette lumière.
Elle s'approcha du seigneur des Decays et s'arrêta à un mètre de lui.
- Laisse les miens tranquilles, et laisse-nous partir. Sans les tiens à tes côtés, et moi ici, tu n'as aucune chance de t'en tirer.
- Tu es bien présomptueuse Agapae, de nous deux, je suis le plus puissant.
- De si peu. Je suis quasiment aussi forte que toi Miso. De surcroît, je ne suis pas seule... contrairement à toi. Tu sais bien que ma seule présence guérit lentement les Wings. Ma seule présence t'empêche de contrôler Hope, et que Curiosity est déja en pleine possession de ses moyens. Terror, bien que pas vraiment guéri, ne ressent plus de douleur et se fera un plaisir de m'aider à te tuer.
- Espèce de folle. Même si tu me tues, j'aurai le temps de tuer tous les Wings présents et d'au moins te blesser.
- C'est justement là où je veux en venir. Deux choix s'offrent à nous. Soit nous combattons, et il y aura des morts des deux côtés dont toi. Soit on arrête là, en tout cas momentanément. Il n'y a pas d'autre alternative.
Le maître enrageait car elle avait raison. Si ils n'arretaient pas les combats maintenant, il mourrait.
Il fulminait et réfléchissait à la moindre autre solution, mais n'en voyait pas.
- Va-t-en salope, tu resteras en vie aujourd'hui. Mais sache que je ne m'en tiendrai pas à ça. Je réunirai mes Decays et vous tuerai tous.
- Qu'il en soit ainsi ! Au revoir.
Curiosity prit Hope dans ses bras, Terror prit Bitterness et Hate, Abnegation, et tous, avec la Source, sortirent de cet endroit glauque qui puait la mort.

 




suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 09:10

Wings.of.hope et les Decays, dont Carole qui les suivait, contournèrent le tombeau de Dark Magus, et entrèrent dans un nouveau couloir en pente lui aussi.
Carole fulminait car ce couloir n'était long que de cent mètres et passé la porte qui se trouvait au bout, ils seraient arrivés. Elle était énervée car elle aurait aimé, avant la "conversion" de Wings, pouvoir se venger, le frapper.
Mais le Maître ne voulait pas.
Pourquoi ?
Après la violence avec laquelle il l'avait cognée, elle méritait bien de pouvoir le faire saigner, au moins un peu. Il ne s'en rendrait pas compte de toute façon puisqu'il était totalement sous contrôle.
Elle lui attrapa le bras, ce qui le fit pivoter et le placer de face. Elle arma son bras ; elle savait qu'elle n'aurait pas d'autre occasion de le frapper.
Wings.of.hope ne bougea pas alors qu'elle s'apprêtait à envoyer son poing.
"Ne fais pas ça", dit le Maître dans son esprit.
Mais elle était devenue une furie, aveuglée par son désir de vengeance, et ne put ou ne sut ou ne voulut pas écouter la voix.
Elle libéra toute sa colère et toute la tension de ses muscles contractés et décocha une droite impressionnante à Wings qui lui fit se cogner la tête contre le mur.
Le poing lui brisa le nez, tandis que le mur le fit saigner de l'arcade sourcillière.
La désobéïssance de Carole déconcentra le Maître quelques secondes. Hope en profita derechef pour prestement armer son bras tout en s'approchant et lui mettre un uppercut dans l'estomac qui la souleva du sol tandis qu'elle crachait abondamment du sang. Elle avait le souffle coupé et souffrait terriblement. Il la maintenait en équilibre, elle, arqueboutée sur le poing de hope et hurlant. Puis il la cogna contre le mur, enfonçant toujours plus son poing jusqu'à entendre un craquement sinistre ; des côtes venaient de se briser. Mais cela n'arrêta pas Hope, qui en souriant, la maintint par le cou d'une main, puis de l'autre envoya l'ultime coup qui planta les côtes brisées dans les poumons.
Tout ceci se passa en quelques secondes.
A ce moment, le Maître réussit à reprendre le contrôle de Wings qui s'arrêta net.
Le Maître était furieux.
Carole, à terre, déversait de grandes quantités de sang par la bouche et agonisait. Ses poumons la faisaient souffrir atrocement.
Il ne lui restait que peu de temps à vivre. Mais elle espérait que le Maître la soignerait.
"S'il vous plaît, aidez-moi", susurra-t-elle.
Ses yeux étaient éxorbités et sa souffrance insupportable.
"Tu m'as beaucoup déçu. J'avais confiance en toi ; tu as su à maintes reprises être très utile, presque indispensable. Mais m'avoir désobéï est impardonnable. Je n'ai plus besoin de toi ; Wings.of.hope deviendra Decays.of.hope et accomplira ta mission encore mieux que toi."
"S'il vous plaît", gémit-elle.
Wings.of.hope et les deux autres qui l'encadraient reprirent leur descente du couloir tandis que Carole agonisa quelques secondes de plus, et expulsa son dernier souffle sanglant.



Suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 15:20

Liberez-le !
Les Decays ouvrirent la porte de la geôle.
Wings.of.hope, les yeux vitreux, comme sans vie, marchait lentement vers la sortie. Il n'avait plus aucune volonté. Il était totalement contrôlé par le Maître.
Il passa près de Decays.of.hope alias Carole, qui le regardait haineusement.
Deux autres Decays l'encadrèrent (l'un des deux en avait un peu peur) et ils sortirent tous de cette pièce à l'odeur nauséabonde.
Il marchèrent le long d'un long couloir. Ils passèrent près de plusieurs portes dont certaines avaient des motifs étranges gravés, mais qu'ils n'ouvrirent pas.
Ils continuèrent et arrivèrent enfin au fond de ce couloir où se trouvait une porte plus grande que les autres. Les motifs gravés faisaient froid dans le dos, dans le sens où sans comprendre les dessins et inscriptions que l'on pouvait voir, c'est comme si cela nous parlait directement. de choses malsaines
Un Decays ouvrit la porte, et tous entrèrent.
Derrière, il ne s'agissait pas d'une pièce mais d'un couloir plus large, plus haut, et dont on ne voyait pas la fin car il descendait en un large colimaçon, toujours plus profondément.
Ils descendaient. Et plus ils descendaient, plus la température baissait. 
Il faisait relativement sombre, et seule la chiche lumière des quelques torches disséminées ici et là sur les murs, éclairait.
Au bout d'une minute, ils arrivèrent dans une sorte de salle sphérique de dix mètres de diamètre, avec au centre un étrange monument ayant la forme d'une étoile à cinq branches et d'une hauteur de deux mètres. Le diamètre de cette stèle faisait cinq mètres.
Ils le contournèrent et prirent la sortie opposée.
Si Wings.of.hope avait été dans son état normal, il aurait été surpris de voir, près du monument, un écriteau sur lequel était écrit que là, était enterré Dark Magus, en attendant sa résurrection... Un être qui, au vu de la forme de sa tombe, semblait ne pas être humanoïde, mais énorme.
Mais qui était-il ?
Un être supérieur aux Decays, mais sous les ordres du Maïtre ? Où une sorte de dieu des Decays ?





Suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 11:35

-   Il faut le sauver ! disait la Source dans l'esprit des quelques Wings présents. Je sais que c'est risqué et que peut-être l'un d'entre vous pourrait mourir, ce que je n'espère pas. Mais Hope est trop important pour le bon fonctionnement de... certaines choses. De plus, avec une bonne stratégie, on pourra espérer en sortir indemne. Wings.of.tenderness n'est plus, la mission de Hope est, du coup, d'autant plus importante. 
-   Comment gérer l'absence de Tenderness ? demanda Wings.of.abnegation. Sa mission était spécifique.
-   Je vais en créer une nouvelle, mais il me faudra un peu de temps. De plus, il lui faudra du temps, pour grandir et commencer sa mission. C'est la raison pour laquelle il faut sauver Hope. Car en attandant qu'elle grandisse, Wings.of.love et Hope devront redoubler d'effort.
-   Quand irons nous le sauver ? demanda Wings.of.hate.
-   Et de quelle manière procèderons-nous ? ajouta Wings.of.bitterness.
-   Le sauvetage se déroulera dans deux jours, le temps pour Wings.of.terror de nous rejoindre. Son aide nous sera précieuse, vous connaissez sa force titanesque.
La Source se serait bien mise à sourire sournoisement en pensant à cela, si seulement elle avait une bouche.

     Un pétale de rose rouge s'envole. Il va au gré des vents, ceux-ci ne lui laissant pas le choix de la direction. Il s'élève, il s'abaisse, et il vole près du sol maintenant. 
     Deux chiens l'ont remarqué. 
Ils le suivent du regard puis l'un se met à courir derrière le pétale au grand dam d'une puce qui venait de sauter du chien immobile et qui tombe à terre. La puce se remet sur ses pattes et se sent bien malheureuse non entourée de poils.
Quelque chose d'énorme tombe juste à côté d'elle. Intriguée, elle regarde cet objet insolit qui dégage d'étranges odeurs. C'est assez énorme pour être sa maison, non, sa villa, non, son immeuble. Mais un immeuble qui semble pouvoir être mangé. Elle entre à l'intérieur par un trou béant. Tout y est moelleux.
D'un coup, tout se met à bouger violemment, tout s'humidifie, tandis que les parois s'écrasent. C'est un chien qui mange ce petit bout de croissant qu'un passant lui a lancé. Il se régale.
Le passant fait semblant de lui en relancer de l'autre côté de la rue. Le canidé s'élance dans la direction supposée où il espère que la nourriture, invisible pour le moment, apparaîtra et tombera. Mais ne regardant ni à droite ni à gauche avant de traverser la rue, une voiture le renverse, lui brisant tout un tas d'os et finalement le tuant quasiment sur le coup.

La morale de l'histoire ? Heu... j'ai faim ; un hot-dog ? 

(désolé ;-) )


Suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 09:00
-          Laissez-le ! disait le maître dans l’esprit des Decays présents. Il est trop tôt. Je ne tiens pas son esprit assez fermement pour le moment. Non pas qu’il puisse redevenir comme avant, non. Mais si on le libère maintenant et que je n’arrive pas à garder le contrôle jusqu’au rituel, il resterait cet animal à tout jamais. On aurait fait tout ça pour rien. Enfin, par pour rien vu qu’il n’existe plus de Wings of hope maintenant. Donc, personne pour redonner de l’espoir à quiconque. Mais l’objectif est de carrément le transformer en Decays ; ce qui sera un monumental problème pour les Wings. Laissez-le enfermé sans lui apporter de nourriture ; qu’il continue de se nourrir de l’homme qu’il a tué. Laissons-le quelques jours de plus dans la geôle, le temps pour moi de bien le contrôler. Ensuite nous ferons le rituel puis enfin il sera à mes ordres de « son plein gré ».
-          Bien maître, répondirent ceux aux ailes noires.
-          Maître, s’il vous plait, avant le rituel, laissez-moi me venger des blessures qu’il m’a infligées l’autre fois. Je veux juste le faire souffrir.
-          Non ! Premièrement, considère que tu t’es déjà vengée puisque c’est grâce à toi qu’il en est là. Deuxièmement, tu n’as aucune chance face à lui ; il te tuerait. Laissez-le tranquille !
-          Bien maître, dit-elle avec rage.
 
De son côté, Wings of hope, mange. Il mange maintenant le cœur de l’homme qu’il a tué une dizaine d’heures plus tôt. Le « repas » n’a pas complètement refroidi et il se régale. Le cœur a un goût fort. Il aime ça.
Il n’est à présent ni Wings, ni Decays ni même humain ; mais seulement un animal très intelligent avec un degré de conscience moins évolué que celui des hommes.
Triste décor que celui d’un Wings, comme déchu, dans cette sombre et morbide geôle à l’odeur nauséabonde.
Est-il le premier Wings à subir cela ?



Suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 11:45

 

 

 

Depuis que Carole est repartie, tout à l'heure, je réfléchis.

Je réfléchis et j'arrive à une impasse. Je ne trouve pas la conclusion de tout cela. Elle a réussi à faire naître en moi l'espoir d'être libéré, et en même temps, je n'arrive pas à être tranquille, je sens le coup fourré.

Il est vrai qu'elle avait l'air particulièrement sincère...

Mais... Hum...

Que faire ? Que penser ?

L'homme qu'ils avaient fait entrer dans ma cellule est toujours là. Il dort contre le mur. Je crois qu'il n'a plus vraiment peur de moi et nous discutons parfois. Il garde quand même un peu ses distances.

Ce silence, cette obscurité, cet ennui à longueur de temps rendent fou au bout d'un moment. Mais depuis que Carole m'a parlé, je n'arrive pas à m'empêcher de ressentir une petite excitation, l'espoir de sortir.

J'entends des bruits de pas qui approchent. La porte s'ouvre et Carole entre.

Elle a l'air bizarre. On dirait qu'elle est méfiante. Elle fait le moins de bruit possible, comme si elle se trouvait là où elle ne devrait pas.

Je me poste près des barreaux tandis qu'elle s'approche à pas de loup. Elle se met à me parler en chuchotant.

  • Ecoute-moi, j'ai parlé à un ami. Il m'a dit qu'il ne fallait surtout pas demander ta libération au maître. Il refuserait et me tuerait. La seule chose à faire est d'attendre qu'il y ait moins de Decays puis de te faire sortir rapidement et sans bruit. L'ami en question essayera d'occuper les quelques personnes qui seraient encore restées.

Elle pose sa main droite sur ma joue gauche, avec tendresse.

Je suis partagé entre l'envie de la repousser immédiatement et celui de la laisser tant elle a l'air sincère. Et puis elle prend des risques.

Je décide de rester simplement impassible.

Au bout de quelques secondes elle enlève sa main.

  • Et qu'adviendra-t-il de toi ? demandé-je
  • Je... serai tuée...
  • Alors, pars en même temps que moi et fuis quelque part.
  • Non, me dit-elle le plus calmement possible, je dois assumer pour deux raisons. La première est que tu me proposes de fuir quelque part, et je sais que tu ne voudras pas que je t'accompagne, or, vivre sans toi m'est impossible. La deuxième raison est qu'il est possible que nous soyons repérés. Je me battrai et me débattrai, ils seront occupés par moi, donc tu auras plus de chance de ne pas être rattrapé.

Pourquoi je n'arrive pas à la haïr ? Quelqu'un d'autre se ficherait peut-être de son sort et profiterait quand même de la situation. Mais je n'y arrive pas. Pourtant j'aimerais vraiment réussir à la détester, mais c'est plus fort que moi, et je sais d'avance les mots qui vont sortir de ma bouche, presque à contrecoeur :

  • Alors viens avec moi
  • T'accompagner ? dit-elle les yeux écarquillés et plein d'espoir
  • Oui, dis-je laconiquement.
  • Tu es sûr ? demande-t-elle les yeux plissés, comme si elle redoutait que je change d'avis.
  • Oui, dis-je en soupirant.
  • D'accord, répond-elle les larmes aux yeux. Merci infiniment.

De sa manche elle essuie des larmes.

  • Ecoute, il y a une expédition tout à l'heure, et il ne restera que peu de Decays. Nous devrons profiter de ce moment. Tiens-toi prêt. Ce sera d'ici une demi heure à une heure.
  • Une demi heure à une heure ? Si vite ?

Elle fait oui de la tête.

Mon coeur s'emballe et bat la chamade. Je ne m'attendais pas à sortir si vite.

Cette évasion me semble maintenant si proche, si réelle que je ressens une certaine excitation.

Je ne tiens plus en place.

Je suis de nouveau plein d'espoir. Et malgré Tendy que je n'oublierai jamais, que j'aime, et dont le souvenir me fera pleurer bien des fois, j'ai de nouveau envie d'aider les humains, d'accomplir ma mission. Et puis...

Aaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh ! Je ressens d'un coup cette force qui tente de s'insinuer dans mon esprit, très violemment... et y parvient...

Je mets un genou à terre et me tient la tête. J'utilise toute mon énergie pour contrer leur maître, mais il est trop fort. Je le sens progresser au fur et à mesure. Lentement mais sûrement.

Je redresse la tête, et voit une Carole au sourire pervers.

Que faire ?

  • Décidément, Wings.of.hope, tu es le plus grand imbécile de tous les temps. Tu es aisément manipulable.

Elle rit à gorge déployée. Un rire sinistre.

Alors tout était faux...

Tout...

Je transpire à grosse gouttes. J'arrive maintenant à stopper la progression de la force, mais au prix d'un effort terrible. Combien de temps pourrais-je tenir ? Très peu.

Et il n'y a personne pour m'aider. Pas de Wings.of.tenderness.

  • Alors mon cher, comment vas-tu ?

Elle rit de plus belle.

  • Finalement tu n’auras jamais rien compris. Tu es trop pur, trop candide... le plus grand con de la terre. Tu nous as toi-même donné la solution, puisque tu disais que c'est le fait que tu n'avais plus d'espoir qui faisait que le maître n'avait pas d'emprise sur toi. Il suffisait donc de t'en redonner. Et comme un con, tu t'es fait avoir.

Je n'en peux plus...

  • Avant que tu ne changes de bord, laisse-moi t'expliquer certaines choses. Evidemment, tu ne t'en serais jamais rendu compte, mais tu es un Wings exceptionnel. Malgré ton jeune âge, tu accomplis ta mission remarquablement. Tu réussis, consciemment ou pas, à trouver le juste équilibre. A éviter ce fameux problème, chez vous les Wings, du trop ou trop peu. Tu réussis ta mission d'une manière parfaitement équilibrée, ce qui nous pose problème. Pas un problème à court terme, tu t'en doutes, mais à long terme. Un problème qui plus tard, sera insoluble car avec le temps, tu accompliras ta mission à grande échelle avec cet équilibre. Il fallait donc réagir. J'ai donc été envoyée pour saper ton point fort, l'espoir. Le maître m'avait enlevée momentanément mes ailes puis je t'ai séduit, te faisant croire que je t'aimais. Quel débile tu étais de croire que j’aurais pu t’aimer. Au moment où ton amour pour moi était à son paroxysme, nous avons organisé mon faux suicide pour profiter de ton désespoir et te changer. Mais tu étais fort, tu résistais tant bien que mal. Ensuite, nous n'avions pas prévu que la Source enverrait Wings.of.tenderness t'aider ; nous étions sûrs de réussir lorsque tu étais au commissariat, mais elle avait empêché ta transformation. Cela avait contrarié nos plans. Mais peu importe, le reste s’est déroulé comme prévu, et tu es à nous maintenant, ce n'est plus qu'une question de peu de temps.

Je n'en peux plus, je n'arrive plus à contrer le maître, et je le sens s'insinuer toujours plus profondément en moi.

Est-ce la fin ?

Je sens mes résistances s'amoindrir dangereusement. Je n'ai presque plus d'énergie.

C'est comme si je ne retenais mon corps que par un petit filament de conscience.

Je sens que je perds le contrôle de mon corps.

Je...

Wings.of.hope se lève.

Son regard a changé.

Tout a changé.

Il marche en direction de l'homme qui partage sa cellule. Celui-ci s'est réveillé et regarde le Wings avec terreur. Il tremble comme une feuille. Il est prostré contre le mur.

Sans hésitation, Wings.of.hope lui décoche une droite incroyable, si puissante qu'il lui brise presque toutes ses dents et sa mâchoire. Un fleuve de sang coule. Par "chance", l'homme perd tout de suite connaissance. Wings le maintient, et un second coup de poing pulvérise son nez en de nombreux morceaux et fait se cogner sa tête si fort contre le mur que son crâne éclate et éclabousse le mur de sang et de liquide céphalo-rachidien.

L'homme est mort mais il continue de le cogner avec une force inouïe. Ses poings sont recouverts de son sang et si son corps esquisse un horrible sourire sournoisement heureux, une larme perle sur sa joue.




Suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 21:37

Carole entre de nouveau.

Je ne sais absolument pas combien de temps a passé depuis la dernière fois. Je n'ai plus la notion du temps.

Il fait toujours sombre ici.

Carole semble changée...

Mais... Mais c'est impossible ; elle est complètement guérie !!!

Même si je n'ai plus la notion du temps, il n'a pa pu se passer plus de quelques heures voir un jour ou deux.

Sa guérison n'est pas naturelle. C'est certain. Peut-être est-ce dû à leur maître.

Elle me sourit tendrement, ce qui achève de me rendre très suspicieux.

Elle ouvre la porte, entre, la referme puis s'approche délicatement de moi.

Je ne laisse rien apparaître mais je suis sur mes gardes. Jamais, au grand jamais, je ne lui ferai confiance.

Elle s'assied près de moi en me souriant toujours plus.

Je la regarde en biais.

Elle se tourne un peu vers moi et pose sa main gauche sur mon avant-bras gauche, et tout en gardant cet « amical » sourire, elle me dit :

- Je suis désolée. Je suis vraiment désolée pour tout ce qui s'est passé. Je t'ai toujours tellement aimé. Je sais que ce que j'ai fait est impardonnable, mais ça m'a rendue folle de voir que tu en aimais une autre. Je n'ai pas pu me contrôler et j'ai tout fait pour te récupérer ; même si j'ai compris à postériori que je n'avais pas le droit de faire ça. Me pardonneras-tu un jour ?

- Je te pardonnerai à condition que tu me ramènes Wings.of.tenderness...

- Mais c'est impossible...

Elle se met à sangloter sur mon épaule et me dit en pleurant qu'elle est désolée, qu'elle aurait voulu que rien ne se passe ainsi. Elle me dit aussi qu'elle m'aime, puis m'enlace.

Je dois avouer être un peu destabilisé. Elle paraît si sincère. Si elle ne l'est pas, quelle comédienne incroyable ! Mais peut-elle être sincère ?

Je ne pense pas... mais elle en a l'air. La seule chose dont je suis sûr, c'est qu'il n'y a pas d'ambiguité par rapport aux sentiments que je ressens pour elle ; je la deteste... bien que j'aie de plus en plus de mal à la détester tant elle joue bien la comédie.

En tout état de cause, je reste impassible, je l'espère en tout cas.

- Laisse-moi t'apaiser, me dit-elle.

Elle commence à m'embrasser dans le cou en remontant vers ma bouche.

- Faisons l'amour, comme avant.

Je la retiens par les épaules.

- Non, laisse-moi, je ne veux rien de toi.

- Je veux juste te faire du bien.

Elle pose sa main sur mon entre-jambes puis exerce une légère pression.

Je la repousse violemment.

- Je ne veux rien de toi, tu as tué celle que j'aimais. Laisse-moi tranquille. Va-t-en !

Elle se met à pleurer puis me dit au bout d'un moment :

- Laisse-moi te prouver que je t'aime, me dit-elle en sanglotant. Je vais essayer de te faire libérer. Si j'arrive à te faire sortir d'ici, me croiras-tu ?

Je ne répond pas.

- Je t'aime Wings.of.hope, je vais faire en sorte que tu puisses sortir. Je reviendrai te voir tout à l'heure.

Puis elle s'en va et me laisse dans la geôle.

Je réfléchis, je réflechis.

Il y a un truc qui me chiffonne mais je n'arrive pas à savoir quoi.

Comme disait Isaac Asimov, « c'est bizarre autant qu'étrange ».

Je pressens vraiment quelque chose, mais quoi ?

Elle est venue me dire qu'elle était désolée et qu'elle m'aime. Je l'ai repoussée, puis elle m'a dit qu'elle allait essayer de me faire libérer.

Cela pourrait sembler plausible, mais je n'y crois pas. On dirait qu'il y a un cheminement. Elle a dabord essayé de changer le fait que je la déteste, elle a voulu qu'on fasse l'amour, mais pourquoi ? Puis elle me redit qu'elle m'aime et finit par me dire qu'elle compte me libérer. Mais que cherche-t-elle ? On dirait qu'elle... essaye de me redonner de l'espoir...

Mais pourquoi ?

Et puis, quel espoir ? Ai-je quelque chose à espérer du fait de sortir d'ici ? Qu'est-ce que je ferai dehors ?

...

Dehors...

Je...

Je pourrai sentir les vêtements que portais Tendy... son doux parfum.

Penser à cela me noue les tripes.

Cela me ferait certainement pleurer, mais pourtant me ferait plaisir...

Oui, c'est la première chose que je ferai.

 




Suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 09:53

Je me réveille.

Je ne sais depuis combien de temps ou de jours je suis inconscient.

Je suis dans une geôle. Sombre. Froide. Vide. Une odeur nauséabonde me titille le nez mais je n’arrive pas à reconnaître ce que c’est.

J'ai mal aux côtes et au ventre ; là où ils m'ont probablement frappé.

Aux reins aussi.

Je me redresse un peu et reste assis, adossé au mur. Mes côtes me brûlent, comme si j'en avais de brisées, mais peut-être pas. Devant moi se trouvent des barreaux, je suis donc enfermé. L'autre côté est vide, si ce n'est la porte sur la droite.

Je suis wings.of.hope, les ailes de l’espoir, mais je n’en ai plus aucun en moi. C’est fini. Plus jamais je ne pourrai aider qui que ce soit. Je manque tellement d’espoir que je n’arrive même pas à me mettre en colère. Je reste simplement prostré. Dailleurs c’est mieux ainsi, si jamais je me mettais en colère, plus rien ne pourrait jamais me retenir.

Je n’ai plus d’attache en ce monde. Je n’ai plus de raison de vivre.

Existe-t-il un mot plus fort que désespoir ?

Est-ce possible que je sois dans un état infiniment inverse à ma mission. J’étais censé redonner espoir aux humains. Peut-être y suis-je parvenu, au moins légèrement. Mais ce qui est sur, c’est que cela n’arrivera plus jamais.

Et ça ne me fait aucun effet.

J'entends une porte s'ouvrir.

Entre alors Carole et ses ailes noires, suivie d'un homme apeuré qui se met dans un coin. La decays, pour mon plus grand plaisir, a l'air bien amochée. Apparament j'ai réussi, comme je l'esperais, à lui casser l'os maxillaire, le nez et des dents. Elle est largement bandée, mais on voit quand même grâce à certains espaces mal bandés qu'elle est tuméfiée à l'extrème, ce qui déclenche en moi un sourire sournois.

Un deuxième decays, un colosse aux cheveux mi-longs et bruns, entre et se plante à ses côtés. Les deux me regardent de derriere les barreaux.

  • A cause de toi, et des blessures que tu lui as infligées, dit-il, Decays.of.hope ne va pas pouvoir parler pendant un moment. Elle me fait dire que tu as beaucoup de chance que le maître ne veut plus qu'on te touche pour l'instant, elle t'aurait tué dans les plus profondes souffrances imaginables. En tout cas, elle t'envoie un cadeau.

Il agrippe l'homme tétanisé, ouvre la porte de ma cellule, l'y jette et referme. L'homme se met le plus loin possible de moi. Le regard qu'il pose sur moi est emprunt d'une profonde angoisse.

  • Amuse-toi bien...

Je ne comprends pas très bien de prime abord ce qu'est ce cadeau, mais je ne réagis d'aucune manière.

Les deux decays me regardent, comme s'ils attendaient une réaction de ma part.

A ce moment je sens la force qui essayait de me faire faire du mal, tentant de s'introduire violemment dans mon esprit.

...

Un rictus se forme sur mon visage. Je comprend mieux leur cadeau. Ils espèrent que cette force réussira à me faire massacrer cet homme, car se faisant, je perdrais probablement mon contrôle pour toujours. C'est ça qu'ils cherchent ?

Mais ils vont être décus.

Je fixe les yeux noirs de Carole et lui dit : « Tant qu'il me restait un minimum d'espoir et de volonté, il était possible à cette force de s'insinuer en moi, au moins un peu, selon mon état d'esprit. Mais là, je n'ai plus aucun espoir ni aucune volonté quant à ce monde. Du coup, rien n'a d'emprise sur moi, pas même ton maître. »

Elle me regarde d'un air mauvais. Je les sens contrariés.

Ils s'en vont.

Je crois que je comprends quelque chose…

J’aimerais mourir…

Quelle autre alternative ?

Wings.of.tenderness est... Je n'arrive pas à le dire...

Elle était la meilleure chose qui me soit arrivé. Je l'aimais profondément, éperdument.

Pourquoi n'ai-je pas le droit d'être heureux ?

Pourquoi ?




Suite

Repost 0
Published by Wings.of.hope - dans Wings of hope
commenter cet article